Le nombre de braquages de banques a fortement diminué en 10 ans

5 Février 2018

Le cash et ses risques

Ces 10 dernières années, le nombre d’attaques d’agences bancaires a diminué de plus de 90%. Alors que 127 cas étaient encore recensés en 2007, ce nombre n’était plus que de 11 l’année dernière. Le nombre d’attaques à l’explosif, où les auteurs tentent de faire exploser les distributeurs automatiques, se sont limitées à 2 tentatives. Ces chiffres peu élevés sont dus aux importants efforts de sécurisation menés par les institutions financières, mais aussi à une volonté d’évoluer vers une société ayant moins recours aux espèces.

Le nombre de hold-up est passé de 127 à 11

Ces dernières années, le nombre de braquages de banques est resté uniformément bas. Alors que 127 cas étaient encore recensés en 2007, ce chiffre n’était plus que de 11 en 2017, soit une diminution de plus de 90 %.

Nombre de hold-up contre des agences bancaires (2007 - 2017)

Moins d’argent liquide : facile et sûr

Le secteur financier consent des efforts considérables pour assurer la sécurité physique de ses clients comme de ses collaborateurs. Ceci passe par l’installation de systèmes de sécurisation (caméras de surveillance, systèmes d’alarmes, valises intelligentes, …) mais aussi par la sensibilisation des employés de banque. 

En outre, le secteur financier s'efforce depuis un certain temps déjà de réduire le recours aux espèces et de promouvoir les transactions électroniques. Les avantages des paiements électroniques sont légion : ils sont pratiques et rapides. Mais ils sont aussi plus sûrs, à la fois pour l'employé de banque et pour le client. Du fait qu’elles limitent les échanges d’espèces aux guichets, les banques constituent une cible moins attractive pour les malfaiteurs. L'évolution actuelle vers une société plus numérique et moins axée sur les espèces est donc bénéfique tant pour les collaborateurs des banques, que pour les clients et la société dans son ensemble.

Plus informations

Vous pouvez obtenir de plus amples informations auprès de Rodolphe de Pierpont, porte-parole de Febelfin, via press@febelfin.be ou via le numéro de presse central 02 507 68 31.

Plus sur: