Conditions de crédit favorables aux investissements

12 Décembre 2016

Les entrepreneurs contractent des emprunts plus nombreux mais pour de plus petits montants

Les entreprises belges ne se sentent pas freinées dans leurs besoins de financement. Interrogés sur leur perception des facilités de crédit offertes par les banques belges, les entrepreneurs répondent qu’ils ont encore aisément accès au crédit. 

Cette tendance positive touche également l’encours total du crédit. Fin septembre 2016, l’encours des crédits aux entreprises atteignait 136,7 milliards, soit une augmentation de 4,1 % sur une base annuelle. 

Dans ce contexte, nous constatons cependant que les entrepreneurs demandent des crédits plus nombreux mais moins élevés et paraissent différer temporairement les investissements plus importants. 

Telles sont les conclusions du baromètre trimestriel des crédits aux entreprises de Febelfin. 

Michel Vermaerke, administrateur délégué de Febelfin : « Le baromètre trimestriel des crédits de Febelfin indique que les entrepreneurs peuvent continuer à s’adresser à leur banque pour obtenir un crédit. Les banques ont maintenu la souplesse de leurs conditions de crédit au troisième trimestre de 2016 afin d’être en mesure de continuer à soutenir l’économie. Nous constatons cependant que les entrepreneurs contractent des emprunts plus nombreux mais pour de plus petits montants. Cela laisse supposer que leurs besoins de financement en vue de réaliser de gros investissements sont actuellement moindres.”

Le portefeuille de crédit se maintient à un niveau élevé

En septembre 2016, l’encours des crédits aux entreprises représentait 136,7 milliards EUR. Ce montant confirme la tendance du trimestre précédent (près de 137 milliards EUR en juin 2016) et demeure donc élevé.

Sur une base annuelle (comparaison septembre 2015 et septembre 2016), cet encours a augmenté de 4,1 %.

Ces résultats du baromètre des crédits de Febelfin sont confirmés par les chiffres de la Banque nationale de Belgique (BNB).

Dans son dernier Flash concernant le crédit bancaire aux sociétés non financières belges, celle-ci indique que l’encours des crédits aux entreprises au troisième trimestre de 2016 est exceptionnellement élevé, puisqu’il atteint respectivement 119,9 milliards EUR en juillet, 120,2 milliards EUR en août et 119,7 milliards EUR en septembre.1

D’après ses chiffres, un nouveau record a même été atteint en octobre 2016, avec un montant de quelque 121,7 milliards EUR. Sur une base annuelle, cela représenterait une progression de 5,54 %.

Source : Baromètre des crédits de Febelfin

Le crédit aux entreprises reste accessible

Le fait que les entreprises bénéficient d’un accès aisé au crédit bancaire ces derniers trimestres, comme en atteste l’encours de crédits élevé, est confirmé par le sentiment des entreprises que les conditions de crédit proposées par les banques sont favorables et que peu de crédits sont refusés.

Ceci démontre que les banques maintiennent la souplesse de leurs conditions pour l’obtention d’un crédit, manifestant ainsi leur volonté de soutenir l’économie.

Degré de refus

Au fil des années, il est apparu que le degré de refus était le plus élevé au troisième trimestre de chaque année. Au troisième trimestre de 2016, le degré de refus se situe au même niveau qu’au troisième trimestre de 2015, soit le degré de refus le plus faible pour un troisième trimestre depuis le début des mesures en 2009.

En d’autres termes, les banques n’ont jamais accepté davantage de crédits au cours d’un troisième trimestre et ce, depuis 2009.

Frein au crédit

L’enquête trimestrielle menée par la BNB auprès des entreprises concernant les conditions de crédit indique que la perception générale des freins au crédit est restée historiquement faible (et stable).

Source : Banque nationale de Belgique (BNB)

Une baisse sur ce graphique traduit une amélioration de la perception des freins au crédit. Plus la courbe est basse, moins les entrepreneurs perçoivent de freins au crédit.

Sur le graphique, nous constatons que les banques ont assoupli de manière constante leurs conditions de crédit à partir du premier trimestre de 2013, les rendant ainsi accessibles aux entreprises.

Au cours du troisième trimestre de 2016, 6,9 % des entrepreneurs considéraient les conditions de crédit comme défavorables alors qu’ils étaient encore 28,5 % à le penser au cours du premier trimestre de 2013. C’était déjà le cas au trimestre précédent.

Les gros investissements semblent différés

Si l’on observe le nombre de crédits demandés et octroyés, on constate une légère progression au cours du troisième trimestre de 2016 par rapport au trimestre correspondant de l’année précédente.

Ainsi, le nombre de crédits demandés et octroyés ont respectivement augmenté de 3,2 % et de 2,4 %.

Cette progression ne se reflète cependant pas dans le montant des crédits demandés et octroyés, et ce pour la première fois depuis le troisième trimestre de 2013.

Au cours du troisième trimestre de 2016, les montants des crédits demandés ont ainsi diminué de 17,0 % par rapport au trimestre correspondant de l’année précédente. Le montant des crédits octroyés a quant à lui baissé de 20,8 %.

La diminution des montants demandés pourrait en partie s’expliquer par les crédits exceptionnellement importants demandés au cours du troisième trimestre de 2015, ce qui a un impact négatif sur les chiffres de croissance pour le troisième trimestre de 2016.

Le fait que des montants moins importants aient été demandés s’est automatiquement traduit par une diminution du montant de la production de crédit.

Par ailleurs, le baromètre conjoncturel d’Unizo révèle un essoufflement du redressement économique au troisième trimestre de 2016, même si les entrepreneurs semblent provisoirement rester confiants.

Il semble donc que les entrepreneurs continuent à considérer leur situation économique avec optimisme et restent enclins à investir même s’ils paraissent différer provisoirement les investissements importants.

L’octroi de crédit reste soutenu par les faibles taux d’intérêt

Selon la BNB2, le taux moyen des nouveaux crédits d’exploitation a légèrement augmenté en septembre 2016, pour atteindre 1,71 %.

En août 2016, le taux moyen a baissé jusqu’à un niveau plancher historique de 1,66 %.

Source : Banque nationale de Belgique (BNB)

Pour plus d’informations

Vous pouvez obtenir de plus amples informations auprès de Rodolphe de Pierpont, porte-parole de Febelfin, au numéro de presse 02 507 68 31 ou à l’adresse courriel rp@febelfin.be.

Vous trouverez une vue d’ensemble de tous ces chiffres et d’autres informations encore sur le site internet www.financementdesentreprises.be.

 

1 La différence entre les chiffres de Febelfin et ceux de la BNB s'explique par le fait que dans ses calculs, Febelfin prend également en compte les crédits d'engagement et les crédits aux indépendants,  ce qui n'est pas le cas des chiffres de la BNB.

2 Aperçu trimestriel Observatoire du crédit aux sociétés non financières.

Plus sur: